La maison passive

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Qu'est ce qu'une maison passive ?

Tout d’abord, la maison passive est une maison d’habitation à très faible consommation énergétique. Les techniques de construction mettent un accent particulier sur :

  • l’isolation thermique (été comme hiver), 
  • la ventilation (VMC double flux pour la récupération de la chaleur sortante), 
  • l’étanchéité (4 fois supérieure à la RT2012),
  • l’ensoleillement (conditions bioclimatiques : la chaleur du soleil, des habitants et des appareils électriques suffisent à chauffer).

De plus, la maison passive est proche de la maison basse consommation mais avec une dépense énergétique deux fois moins élévée (qu’une RT2012). En outre, le besoin de chauffage d’une maison passive ne doit pas dépasser 15 kWh/m²/an, soit trois fois inférieur à la RT2012 (ou basse consommation : 50 kWh/m²/an). A titre comparatif, la maison THPE (Très haute performance énergétique) est à 88 kWh/m²/an, une maison bioclimatique entre 40 et 50.

Enfin, le surcoût d’une maison passive par rapport à une RT2012 est de l’ordre de 10-15%.  Une maison passive coûte de 1700 à 2000 euro/m².


Quelles sont les conditions nécessaires pour une maison passive ?

  • Dans un premier temps, on favorise les surfaces vitrées au sud et sud-ouest, il n’y a pas d’ouverture au nord. Ensuite, les pièces à vivre sont placées au sud. D’autre part, si la région de construction est très ensoleillée,  il faut prévoir une pergola bioclimatique sur la façade la plus ensoleillée pour réguler les apports de lumière et de chaleur.
  • Dans un second temps, il faut 30 cm d’isolant pour les murs, 20 cm pour le sol et 40 cm pour la toiture. Concernant les fenêtres il faudra privilégier le triple vitrage.
  • Par ailleurs, la suppression des ponts et de l’isolation thermique par l’extérieur est idéalement conférant aux maisons passives maçonnées. Elles ont une très bonne inertie thermique.
  •  Il est vrai que, comme les besoins en chauffage sont très faibles, un complément de chauffage suffit comme un poêle à granulés ou à bois. En effet, dans une maison traditionnelle, le système de chauffage ne fait que compenser les pertes de chaleur du bâtiment.
  • Concernant la consommation d’énergie primaire totale d’une maison passive, elle doit être inférieure à 120 kWh/m²/an, et inférieure à 60kWh/m²/an d’énergie renouvelable.
  • Enfin, pour qu’une maison passive soit réellement écologique, elle doit non seulement consommer peu d’énergie mais aussi utiliser des matériaux biosourcés (surcoût de 300€/m²).
Façade d'une maison passive
Maison passive de profil

La maison passive et le bois

Il faut savoir que 80% des maisons passives sont des MOB (Maison ossature bois). De plus,  les constructeurs de maisons passives favorisent le bois pour ses performances isolantes thermiques et régulatrices de l’humidité. Il est vrai que l’ossature bois étant trois fois mieux isolée qu’une maison traditionnelle, elle a tout pour être une maison à énergie positive.

Une maison passive en bois se doit donc :

  • D’être parfaitement étanche,
  • De disposer d’une isolation de haut niveau (25 à 40 cm d’isolant au mur, 20 cm pour le sol et 45 cm pour le toit),
  • De posséder un système de ventilation fiable et performant (VMC double flux),
  • D’avoir un climat constant dans l’habitat, sans nécessiter un système de chauffage (mais un chauffage d’appoint).

Conclusion

Pour conclure, une maison à énergie passive est sans doute l’avenir de nos habitats. Cependant comme sa voisine (maison positive), elle doit respecter un nombre de norme pour être en toute conformité. Il est vrai que le bois reste son meilleur allié, il apporte de nombreux avantages importants pour le bon fonctionnement de la maison. De plus, c’est pour cela qu’il reste le matériau le plus utilisé par les constructeurs de maisons passives.

Photo qui montre une maison positive
Amaury

Amaury

laisser un commentaire

Qui sommes-nous ?

Menuiserie Maninghem est une entreprise de rénovation situé dans le Nord Pas-de-Calais. 

Actus récentes

Suivez-nous